C’est avec ces mots que Wilbur Wright confirma ses intentions, quelques minutes avant de faire son premier vol public avec un avion motorisé. « C'est l'homme qui a un conquis l'air ! » Cent ans plus tard, Stijn De Jaeghere est tout aussi convaincu de réaliser ses plans de vol et va même très loin pour atteindre le sommet de l’acrobatie aérienne.

Formation par les meilleurs du monde

Stijn a commencé il y a 10 ans avec sa formation de pilote à Wevelgem. Il voulait voler, mais il est allé plus loin que la plupart des pilotes et s'est concentré sur l’acrobatie ou la voltige aérienne. Ce sport spectaculaire est sans aucun doute l'art de la précision. Ses entraineurs Gerald Cooper et Pierre Varloteaux font partie du top international dans le monde des pilotes cascadeurs.

L'infirmier volant

Stijn dirige actuellement sa propre entreprise de soins à domicile. Il combine son activité professionnelle avec un agenda bien rempli avec les nombreux entrainements afin de devenir un excellent pilote d'acrobatie aérienne. Il persiste à prendre presque tous les jours la route afin de continuer à soigner des patients. N'hésitez pas à l'appeler « the flying nurse », ou l'infirmier volant, tant au sens propre que figuré.

Transformation physique

Les sports extrêmes exigent souvent des défis exceptionnels de la part de l'athlète. Chaque kilo de poids corporel en moins signifie une amélioration des performances du pilote. Pendant 20 ans, Stijn a mené une lutte acharnée contre son excès de poids. De l’aide professionnelle, sa motivation et sa volonté infinies ont finalement résulté en une transformation physique. Stijn a réussi à réduire de moitié son poids corporel de 170 kg à 85 kg.

45,30,0,50,1
1,600,60,2,3000,3500,25,800
70,150,0,80,12,30,50,1,70,12,1,50,1,1,0,5000
0,0,0,0,0,40,15,5,0,0,1,12,0,0
01
17
02
11
18
10
03
20
21
19
14
16
23
22
15

Mon histoire commence il y a très longtemps. Voler ne m’a pas été inculqué dès ma plus tendre enfance, mais je me souviens qu'à l'âge de 7 ans, je regardais les pilotes et les avions à l'aéroport de Courtrai-Wevelgem. Je voulais aussi devenir pilote, pensai-je à l'époque, mais en tant que porteur de lunettes, je supposais que cela ne serait pas possible. Je deviendrais alors plutôt policier ou infirmier … . Les années ont passé et en 2002, j'ai obtenu mon diplôme d'infirmier. Immédiatement après avoir terminé mes études, j'ai démarré ma propre entreprise en tant qu'infirmier à domicile et je me suis spécialisé comme infirmier dans la prise en charge de la  douleur et comme infirmier des urgences et des soins intensifs.

17

Le début de ma formation de pilote

Il y a une dizaine d'années, j'ai vu un reportage télévisé dans lequel un pilote privé, qui voyageait avec sa famille dans son propre avion, a été interviewé. « Quel sentiment de bonheur ne doit-il pas ressentir, ce pilote » me disais-je. Ce reportage m’a tellement impressionné que le lendemain, j'ai pris contact avec la tour de contrôle de la circulation aérienne de l'aéroport de Courtrai-Wevelgem pour obtenir des renseignements sur la formation de pilote. Le monsieur que j’ai eu en ligne m’a donné le numéro de téléphone d'un instructeur qui pouvait me donner plus d’explications. Impatient comme je suis, j'ai tout de suite contacté cet instructeur. Et le jour même déjà, j'ai fait mon tout premier vol. Aussitôt, j'ai attrapé le microbe ; j'ai été infecté par le virus de l’aviation.

Ma lutte contre le poids

En tant qu’enfant, je n'étais pas vraiment gros, mais plutôt rondelet. Je n'ai jamais été intimidé à cause de mon poids, mais c'était quand même un problème qui m'a hanté durant toute ma vie. Je me souviens encore à l'âge de 15 ans lorsque je pesais environ 100 kg et que j'ai entrepris ma première tentative diététique. Après un super départ de moins de 10 kg, je suis revenu à mes anciennes habitudes et les kilos sont revenus en double. Au moment où j'ai commencé mes études d’infirmier, je pesais 115 kg. Après avoir terminé une vie d’étudiant animée et quelques tentatives diététiques ratées plus tard, je pesais déjà 130 kg. Après mes études, j'ai décidé d’aller vivre seul et à partir de là, le fastfood est devenu une habitude quotidienne. Le compteur de la balance montait progressivement …

La première vraie confrontation et le pas vers l'acrobatie aérienne

Malgré ma longue bataille contre les kilos, je n'ai heureusement jamais vraiment eu de problèmes physiques. Au début de ma formation de pilote, j'ai été confronté pour la première fois à mon plus gros problème : mon surpoids. La plupart des avions de formation étaient trop petits pour moi et ne pouvaient pas porter mon poids. Après quelques heures de cours de pilotage, j'ai demandé à mon instructeur s'il voulait faire un looping. Pendant ce vol, j'ai vraiment compris que j’avais attrapé le microbe et mon objectif s’est installé pour de bon : je voulais faire le plus rapidement possible de l’acrobatie aérienne en solo. J'ai littéralement volé à travers les leçons de pilotage. Endéans les 4 mois, j'ai obtenu ma licence de pilote privé et au cours de la même année j’avais les 200 heures de vol requis pour obtenir mon permis de voltige aérienne en solo.

bl5 r

Les régimes crash et un pontage gastrique

Pour pouvoir continuer à évoluer dans ma passion pour la voltige aérienne, j'ai dû changer d'avion. Je rêvais déjà depuis longtemps d'avoir mon propre avion et il y a 9 ans, j'ai finalement fait le pas. Au Royaume-Uni, j'ai trouvé un magnifique Pitts Special de couleur rouge à vendre. Je n'ai pas hésité une seconde et j'ai pillé mon compte d'épargne jusqu’au dernier centime pour acheter l'avion de mes rêves. Cependant, il y avait un gros problème : je pesais 170 kg et je n’arrivais pas à monter dans cet avion. Pour la deuxième fois, j'ai été durement confronté au problème de mes kilos. Après un régime crash pendant cinq mois, j'ai perdu 45 kg ce qui m’a permis finalement de piloter mon propre avion. Comme cerise sur le gâteau, j'ai fait la connaissance de ma femme. J’étais comblé de bonheur.

Le retour en descente

Cependant, mon plaisir de vol était de courte durée. Moins de 2 ans après l'achat de mon avion, j'ai connu un grave revers financier au sein de mon entreprise, ce qui m'a forcé à vendre mon avion. Ce fut le début de quelques années difficiles au sens propre et figuré. La balance est vite revenue à 150 - 160 kg. J’avais de plus en plus de problèmes avec mon poids. Au travail aussi, j’avais des problèmes à cause de mon obésité, non pas tellement sur le plan physique, mais surtout à cause des nombreuses remarques offensantes et humiliantes de certaines personnes. Cela m'a fait décider de mettre définitivement un terme à ma prise de poids avec de l’aide médicale professionnelle et j'ai choisi de subir un pontage gastrique. Les kilos se sont littéralement envolés. Quelques mois après mon intervention je ne pesais plus que 127 kg, et ce, sans aucun effort. J'ai pu maintenir ce poids durant une bonne année, mais progressivement, les kilos sont revenus.

bl6 l

Un nouveau départ

Trois ans après ma débâcle financière, j'ai réussi à faire sortir mon entreprise de soins infirmiers de la vallée et j'ai recommencé à me jeter sur ma passion pour la voltige aérienne. J'ai participé à la compétition intermédiaire avec un Pitts S-2C, un avion encore plus performant que mon Pitts rouge. Après avoir obtenu un bon résultat dans la compétition, il était temps d'envisager une nouvelle étape. Mon ambition vise la voltige illimitée, le plus haut niveau de l’acrobatie aérienne. Actuellement, je vole dans un Extra 330SC. Cet avion de voltige à haute performance et ultramoderne a été nommé le « Best World Unlimited Single Seat Competitor », soit le meilleur compétiteur mondial illimité à siège unique. La transition vers l’Extra 330SC a signifié une étape cruciale dans la réalisation de mon rêve.

Le tournant décisif

Mon entraineur de vol fixe est Gerald Cooper. Pour moi, il a toujours été mon grand exemple dans le monde de l’acrobatie aérienne. Il est le personnage que j’ai toujours énormément admiré. C'est donc Gérald, devenu un ami intime depuis lors, qui m'a donné l'impulsion pour ma dernière transformation. « Techniquement, tu en as les moyens, tu en as les compétences et le style, mais si tu ne fais rien à ton excès de poids, tu pourras faire une croix sur ton rêve pour faire de l’acrobatie aérienne illimitée », m'a-t-il dit.

Je dois admettre qu’à ce niveau-là, je commençais en effet à éprouver de plus en plus de problèmes physiques de mes entrainements de vol. Je pesais à nouveau près de 140 kg et après chaque vol, mes épaules étaient pleines de bleues parce que je n’avais pas assez de place dans mon avion. Après seulement 5 minutes d'entrainement, je sentais déjà la fatigue à cause des fortes puissances G. Je sentais que je devais faire quelque chose. Gerald m’a aidé dans ma recherche pour trouver un moyen de résoudre définitivement ma lutte contre le poids. La queue entre les jambes, j'ai recontacté mon ancien diététicien. Outre le diététicien, j'ai également demandé l'aide de 2 entraineurs sportifs professionnels et d'un psychologue de sport.

 

Apparemment pour moi, c'était la combinaison d'or dont j'avais besoin pour affronter ma lutte éternelle. J'ai suivi un entrainement de boxe trois fois par semaine et j'allais trois fois par semaine chez kinésithérapeute pour faire des exercices de stimulation de la stabilité. Pendant ce temps, j'utilisais presque tous les jours mon cross-trainer. Pour la première fois de ma vie, j’avais du plaisir à faire du sport et je n’éprouvais pas mon régime alimentaire comme un véritable régime sévère. Sans réellement m'en rendre compte, j'ai accepté le sport et mon alimentation comme une partie de ma vie et je n'avais plus besoin des nombreuses excuses comme auparavant (pas le temps, pas envie, trop fatigué, etc.).
Mon nouveau mode de vie a porté ses fruits. Cet été, pour la première fois en 20 ans, mon poids est descendu sous les 100 kg ! Cela m’a donné un sentiment magique.


Cependant, je n'ai pas considéré cela comme un point final, mais plutôt comme une étape intermédiaire vers une évolution ultérieure. Et en ce qui concerne ma technique d’acrobatie aérienne, j’ai aussi fait d’énormes progrès. Au Championnat d'Europe de Voltige Aérienne Avancée, j'étais cinquième après le premier vol. Après 4 vols, j’étais le quatorzième en classement général et avec ça, le premier Belge. Un super résultat en tant que nouveau venu !

À la moitié de mon poids

Heureusement, après mes réalisations de cet été, je n'ai pas arrêté. J'ai continué à travailler sur mon nouveau style de vie. Finalement, j'en suis arrivé au point où je suis maintenant : j'ai officiellement diminué de moitié. Parfois, je n'arrive pas encore à le croire moi-même, mais j'ai perdu la moitié de mon poids ! Beaucoup de gens me posent la question : comment avez-vous pu aller si loin jusqu’à prendre 170 kg ? Qu'est-ce qui a mal tourné ? Pourquoi avez-vous réussi cette fois-ci après avoir échoué toutes les tentatives de régime précédentes ? Pour être honnête, je n'ai pas vraiment de réponse à ces questions. J'essaie de voir ma lutte contre le poids et les problèmes dans les affaires comme des expériences de vie qui m'ont donné la chance de me rendre plus fort en tant qu'être human.

Outre ma motivation et ma volonté, c'est surtout le soutien de mon entourage et de mes entraineurs qui m'a amené à ce point. Je tiens donc à les remercier de tout cœur personnellement. Merci à ma chère épouse Vinciane et à mon fils Jack, qui m'ont dû manquer tant de fois avant et pendant les nombreux entrainements. Je vous remercie pour votre soutien inconditionnel. Merci aussi à mes parents, ma famille et mes amis qui m'ont toujours soutenu. Un grand merci à mes entraineurs Jurgen Haeck et Jelle Duthoit, à ma psychologue de sport Justine Loosveldt, à mon diététicien Gino Devriendt et à mon entraineur d'aviation Pierre Varloteaux pour avoir continué à croire en moi. Et toute ma gratitude à mon cher ami et entraineur Gerald Cooper qui, sans s'en rendre compte, a été l’amorce de ma transformation.

Un conseil d'Or

Désormais, un tout nouveau monde s'ouvre à moi. Cependant, je n’ai pas l'intention de me présenter comme un expert en diététique ou en sport, mais je voudrais conclure par un seul conseil d'or : « la motivation, la volonté et un bon encadrement de professionnels peuvent rendre l'impossible possible ».

familie
"If you want to fly,
give up everything
that weighs you down."

HANGAR

Extra 330SC

L'Extra 330SC, construit par Extra Flugzeugbau en Allemagne, est un avion de voltige aérienne ultra moderne de haute performance. Ce type d'avion a été nommé le « Best World Unlimited Single Seat Competitor », soit le meilleur compétiteur illimité à siège unique du monde, et est devenu champion du monde de voltige aérienne en 2009, 2013, 2014, 2015, 2016 et en 2017.

  • Registratie: OO-SDJ
  • Bouwjaar: 2009
  • Capaciteit: 1 piloot
  • Wingspan: 7,5 meter
  • Lengte: 6,7 meter
  • Hoogte: 2,6 meter
  • Airframe: Steel tube fuselage with carbon fiber wing
  • Leeggewicht: 600 kg
  • Motor: Lycoming AEIO-580-B1A, 315 Pk, 6-cylinder
  • Maximum snelheid: 407 km/h
  • Maximum load factor: + / - 10 G
  • Roll Rate: 420°/sec

Diamond Da40- 180 star

Le Diamond DA40 est un avion monomoteur fabriqué par Diamond Aircraft Industries en Autriche. Il s’agit d’un appareil très confortable pour 4 personnes, fabriqué en matériaux composites.

  • Registratie: D-EBDS
  • Bouwjaar: 2002
  • Capaciteit: 1 piloot en 3 passagiers
  • Wingspan: 11,9 meter
  • Lengte: 8,9 meter
  • Hoogte: 2,0 meter
  • Airframe: Composite
  • Leeggewicht: 795 kg
  • Motor: Lycoming IO-360-M1A ,180 Pk,4-cylinder
  • Kruissnelheid: 241 km/h
  • Maximum range: 1120 km

PARTNERS

safety joggercaretalentsrar
degrooteonze zorgb closetjorven matthijs

SPECIAL THANKS

Coaches: Gerald Cooper, Pierre Varloteaux
Physical trainers: Jurgen Haeck, Jelle duthoit, mental coach Justine Loosveldt
Dietitian: Gino Devriendt
Instructors: Dieter Defour, Dirk Decorte, Wim Soens
Photographers: Tom Brinckman, Rick De Smet, Peter Van De Voorde
Facility: Vliegclub Ursel, Saint-Yan Air’e Business
© Copyrights 2018 · Stijn De Jaeghere